Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

 
*
Fichier hébergé par Archive-Host.com
*
 
Pour tous renseignements,
menaces, insultes,
soutiens ou autres :
*
*
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 20:02

*

ESCOTA
ou la politique de la chaise vide !
 

*

« ESCO T' AS des nouvelles de « ponkéral » ?

 

C'est ainsi que l'on pourrait s'exprimer après avoir eu des nouvelles de Madame Isabelle ESCAPIN, « responsable de la Communication » de l'entreprise ESCOTA ! En effet, les mails et le « travail » de celle-ci sont tellement « abracadabrantesques », que l'on ne pourrait qu'en rire si la situation n'était pas si pénible pour certains habitants de Pontcarral.

Voici un florilège des mails que nous avons échangés :

*

 
From:  Direction.communication@escota.net
To:  gillespilard@hotmail.com
CC:  Direction.communication@escota.net
Subject:  Bonsoir
Date:  Wed, 21 Mar 2007 20:29:47 +0100
 
Monsieur,
Ma collaboratrice m'a dit que vous avez appelé pour signaler que vous avez adressé un mail à Monsieur Daussy et à moi-même concernant une ou des fenêtres, je n'ai pas bien compris, dans une résidence "ponkéral".
 
Je suis désolée de ne pouvoir vous répondre car je n'ai jamais reçu ce mail et en conséquence n'ai pas pu le transmettre à une personne qui pourrait vous éclairer sur votre demande. De plus,  je ne peux même pas lui faire suivre le mail que je vous adresse puisque je n'ai pas plus de renseignements et que je ne sais pas dans  quelle ville se trouve cette résidence.
 
Je vous remercie donc de bien vouloir nous faire parvenir votre demande.
Je veux bien me charger de la faire suivre: notre adresse :
direction.communication@escota.net, et si vous voulez, à mon attention :
Isabelle Escapin
A votre disposition
Isabelle Escapin
Directeur de la Communication
ESCOTA
 

 

 
gillespilard@hotmail.com Pour : Direction.communication@escota.net
 
Objet : à l'attention d' Isabelle ESCAPIN, de la part de gilles PILARD
21/03/2007 21:37
 
Bonsoir,
 
le mail a été envoyé le 12 mars 2007, aux adresses ci-dessous, données par un de vos secrétariats, et doivent exister car je n'ai eu aucun mail de retour de non délivrance.
 
 
Quoiqu'il en soit, la teneur de celui-ci est la suivante :
 
Bonjour,
 
habitant la « résidence » Pontcarral, je ne sais si vous êtes au courant de ce qui se passe au sujet de la rénovation des fenêtres. N'ayant pas eu satisfaction ni même parfois aucun retour, en « remontant » la chaîne des « responsables » ( d'abord Monsieur INNOCENTI, puis Monsieur LAROCHE ), je me tourne vers vous afin que vous puissiez résoudre cette situation, n'espérant pas avoir besoin de remonter plus haut. C'est pour cela qu'ayant personnellement travaillé dans une branche marketing, je pense que Madame ESCAPIN est bien placée en tant que responsable de la communication pour être au fait de l'importance de l'image de marque d'une entreprise.
Si vous désirez en savoir plus si vous ne connaissez pas le dossier, je vous invite à aller sur le site Internet : pontcarral.com, et prendre connaissance spécialement des deux articles consacrés à la catégorie ESCOTA.
En vous souhaitant bonne réception de ce mail.
 
Gilles PILARD
 
La « résidence » Pontcarral en question, est située à Toulon. Le contrat des travaux de rénovation se monte à plus de 2 000 000 d'euros. Il est vrai qu'en regard des contrats que vous avez dans le Var, ce n'est pas pour vous une grosse somme. Par contre, les dysfonctionnements relatifs à ce chantier ( relations avec certaines entreprises sous-traitantes, « magouilles » ), font que cela pèse sur le bien-être de certains habitants. Je pense que le « poids » de votre entreprise peut permettre de résoudre assez rapidement ce genre de problèmes... si vous en avez la volonté !
En attendant, vous pouvez voir les détails de nos demandes sur pontcarral.com.
 
En vous en souhaitant bonne réception.
 
Gilles PILARD
 

 

 
De : Direction.communication@escota.net>
Envoyé : jeudi 22 mars 2007 09:14:26
 
À : "Gilles PILARD" gillespilard@hotmail.com
 
Objet : Réf. : à l'attention d' Isabelle ESCAPIN, de la part de gilles PILARD
 
Monsieur,
 
Nous avons bien reçu votre mail. Mme ESCAPIN est en déplacement aujourd'hui. Elle en prendra connaissance demain et ne manquera pas de vous apporter une réponse.
Sincères salutations.
 
LE SECRETARIAT
 

 

 
 
Envoyé :  vendredi 23 mars 2007 19:01:38
À : "Gilles PILARD" <gillespilard@hotmail.com>
Objet : Réf. : à l'attention d' Isabelle ESCAPIN, de la part de gilles PILARD
 
Bonsoir Monsieur,
Je suis désolée mais l'adresse mail à laquelle vous m'aviez écrit est erronnée
Quoiqu'il en soit, je transmets votre courrier au service concerné
 
Bonne soirée
 
Isabelle  Escapin
 

 
A la suite de ces manques, j'ai reçu fin avril, une lettre signée conjointement de SYCOLOGE et d'ESCOTA ... pardon, petite précision : de Messieurs MAITRE ET LAROCHE.
 
En a suivi le courrier suivant que j'ai envoyé à la direction régionale :
 

 
PILARD Gilles
 
Résidence Pontcarral
Bâtiment 1N7
rue Dejussieu
83200   TOULON
à
Monsieur Philippe-Emmanuel DAUSSY
 
Président Directeur Général
 Société ESCOTA
432, avenue de Cannes
06211 b.p. 41 Mandelieu cedex
 

 
Toulon, le 02 mai 2007
  
Monsieur,
  
J’ai reçu dans une enveloppe comportant le logo d’ESCOTA, le courrier suivant :
   
Nonobstant le fait que ce courrier ne porte pas l’entête d’ ESCOTA, je pense néanmoins que vous le confirmez !?
ESCOTA en tant que mandataire de l’état, a une mission de service public de protection sonore, due à l’exploitation d’un autre service public, les autoroutes.
 
C’est pourquoi, je tiens à revenir sur quelques points :
 
1°) Comme vous le faites remarquer, le Syndic Sycologe assurait les fonctions de maître d’ouvrage … délégué. Pourrions nous savoir ce qu’il advint de Monsieur NADEAU à qui incombait les fonctions de maître d’ouvrage ?
 
2°) Les dysfonctionnements ( allèges vitrées, manivelles, etc… ), n’ont pas été relevés par le nouveau Conseil Syndical, mais par l’association COPROLOC dont je suis le Président. Relevés d’une part verbalement, et d’autre part, par un courrier envoyé – entre autres destinataires – à vos services. Le courrier en question concernait aussi d’autres problèmes, concernant les malfaçons de la pose des dites fenêtres, dont les défauts déjà constatés ne s’arrangeront pas avec le temps.
 
3°) L’appartement de l’association cultuelle et culturelle de Pontcarral ( et non pas comme vous le dites « de la copropriété » ), dont le président est pour information … le même que celui du Conseil Syndical, a une utilisation spécifique ? Pourquoi alors n’avoir pris en compte ma « demande spécifique » dans le courrier que j’ai fait il y a quelques mois.* Je suis certain que vous aurez la possibilité de me remettre la copie de la demande des travaux spécifiques et les papiers de délibération afin d’obtenir cette dérogation exceptionnelle. Antidatés ou pas, dans les deux cas, ils me seront utiles. Car selon la réglementation il y a en l’occurrence rupture de l’égalité, et de par-là de la légalité, et il s’agit d’excès de pouvoir.
 
*Courrier que vous retrouverez en ligne sur le blog www.pontcarral.com , dans la catégorie ESCOTA. Je n’ai pas encore mis tous les mails de votre entreprise en ligne, ( notamment ceux de Madame Isabelle Escapin « responsable » communication, qui valent leur pesant de cacahuètes ), évitant - pour l’instant - d’ajouter le grotesque à l’incompétence de certains, tant que cette situation ne soit pas réglée à l’amiable. Mais ma patience a des limites.
 
4°) Pour ce qui est des travaux, je ne les refuse pas tant qu’ils seront conformes à « ma demande spécifique ». Pour information, certaines de mes associations sont domiciliées à mon adresse, et j’accueille aussi du public ; mais il est vrai que je n’ai pas les mêmes ( comment dire sans être graveleux et faire dans l’ euphémisme ) « rapports » avec SYCOLOGE que le Conseil Syndical.
 
5°) Enfin, le fait que le courrier reçu porte les signatures de Monsieur MAÎTRE et de Monsieur LAROCHE, je prends ce courrier comme un front commun de SYCOLOGE et d’ESCOTA. Ce qui me facilitera la tâche, si par la suite, il me fallait porter certaines actions devant les tribunaux, entre autres le tribunal administratif qui, je ne vous l’apprendrai pas, a déjà fait ses preuves.
 
Je précise que ma démarche, et celle d’une minorité, est une démarche motivée par le fait qu’il n’y a pas à avoir ni magouilles, ni copinages, ni passe-droits ; mais à partir du moment que certains droits sont valables pour les uns, ils le sont pour les autres. Etant selon la formule consacrée de « la vieille école », je me bats pour des principes, et cela, quel qu’en soit le prix à payer. Si vous visitez mon blog, cité plus haut, vous comprendrez sûrement mon état d’esprit.
  
En espérant une réponse favorable de votre part qui mettrait fin à ce conflit, recevez, Monsieur le Directeur, l’expression de mes salutations distinguées.
  
Gilles PILARD
 

Depuis plus d’un mois, aucune réponse.
 
Adresses erronées, renvois « aux services concernés » ( apparemment celui de Monsieur LAROCHE ) incapacité de dialogue, mépris des chantiers de par la non-connaissance des dossiers : une chose est sûre, et je lance un avis aux chômeurs qui cherchent un emploi ( de quelque formation qu’ils aient ), il peuvent envoyer un C.V. pour une place de directeur de communication à ESCOTA. Il leur suffit d’avoir un tant soit peu d’initiatives et de prise de responsabilités.
 

Bon hé bien c’est pas le tout hein ,
le combat continue ! 
   

Partager cet article

Repost0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 14:46
 

Quand la mesquinerie
tourne au grotesque !

*

 Image Hosted by ImageShack.us

Sur un chantier de 2 millions d’euros ( plus de 1 milliard 300 millions de centimes pour les « anciens » comme moi ! ) l’entreprise BAGET doit quand même être assurée pour un chantier de cette envergure. Malgré tout, l’enfant boudeur responsable de cette entreprise, devant un litige de 670 euros, pinaille pour ... 170 euros.
 

Voir reproduction du courrier ci-dessous, envoyé par une habitante excédée de tant de médiocrité.

*

Madame Sylviane PICHARD .
bâtiment 1 C 12   Pontcarral .
rue Dejussieu 83000 Toulon .

                      à

 

Monsieur Philippe LAROCHE
entreprise ESCOTA
Direction de l'Ingénierie des Infrastructures
83480 Puget-sur-Argens

*
Toulon, le 21 février 2007
 
Monsieur,
 
Je me tourne vers vous car la société ESCOTA est partie prenante dans la réalisation des travaux de réfection des fenêtres de Pontcarral, que vous avez proposée pour la protection acoustique des façades exposées aux bruits, et que vous prenez en charge en tant que concessionnaire de l’autoroute.
 
Le 09 juin, il y a eu la réfection des fenêtres. Etant au travail et n’ayant pu me faire remplacer, j’avais laissé mes clés au garde pour les travaux. En rentrant, je me suis aperçue que les niches des fenêtres avaient été obstruées, les manivelles des stores toutes à gauche, et l’armoire de ma chambre cassée. Personne ne m’en avait avertie malgré le numéro de portable que j’avais laissé à l’intention des responsables des travaux. Je demande au garde ( qui n’avait alors rien vérifié ) de prévenir Monsieur BAGET afin qu’il prenne contact avec moi.
 
Cela dure 15 jours avec la même réponse : « Monsieur BAGET est débordé, il vous contactera ». J’envoie alors une lettre recommandée au syndic, et je pars 15 jours en congé. Pas de réponse en rentrant. Je contacte le syndic : la personne qui s’occupe des lettres recommandées était en congé.
Enfin, j’obtiens un rendez-vous avec Messieurs BAGET, ESPOSITO et GUYON. Monsieur BAGET n’apprécie pas la présence du président de COPROLOC, Monsieur PILARD, refuse de lui parler sans m’en expliquer la raison, s’agite comme un enfant turbulent, et fini par partir à la grande surprise de Messieurs ESPOSITO, GUYON et PILARD, qui en restent comme deux ronds de flanc. Un ami venu me rendre visite ce jour-là sans savoir l’objet de la réunion, a trouvé ce Monsieur BAGET fort insolent.
 
Rien n’est réglé, car en plus, le 11 juin, un store reste bloqué. Monsieur BAGET n’a personne sous la main et il affirme n’avoir aucune solution malgré la stupéfaction de Monsieur ESPOSITO qui s’insurge que l’on me laisse 3 mois avec ce store baissé dans la salle à manger. Par ailleurs, dans la chambre, il y a plus de bruit qu’avant ( j’avais déjà un double vitrage qui remplissait parfaitement son office ). Monsieur GUYON effectue des mesures et trouve deux décibels de moins que la norme : ridicule ; d’autant plus que ce double vitrage a la particularité ( aux précédents dires de Monsieur BAGET ) d’être phonique contrairement à l’ancien.
 
Au mois de Juillet, je relance l’affaire par la CEGED, décidée à porter l’affaire en justice. Monsieur GUYON me propose un autre RDV en septembre ( la société prenant ses vacances en août ). A travers ses mots, je devine que cela doit se faire sans la présence de Monsieur PILARD, le président de COPROLOC qui semble indisposer Monsieur BAGET. ( d’ailleurs il a dit textuellement « Si Monsieur PILARD frappe à la porte et qu’il entre, je sors » et « si je viens réparer le store et qu’il est là, je pars »). Monsieur INNOCENTI d’ESCOTA est présent ce jour-là et n’a pas réagi à ces propos. D’ailleurs, seule parmi ces 3 hommes occupant de hautes fonctions, on m’a demandé pourquoi je l’avais fait venir. Je voulais porter plainte, mais conciliante, j’attends. Le RDV a lieu : on va envoyer un ouvrier pour le store. Monsieur BAGET, d’un air suffisant, me propose 500 euros pour acheter une armoire ( selon lui : à ce prix, une belle armoire ), dans le prix la livraison et la pose compris. Je propose de faire appel à un menuisier ébéniste. Ils ne sont pas contre mais la plupart sont débordés. Je me retourne sur l’autre solution, mais je désenchante vite : 500 euros livrée, montée, je n’en ai pas trouvé dans la qualité de la mienne ( 4 portes, 4 tiroirs, façade merisier massif ). Vers mi-novembre, je me rends chez Logial à Ollioules. Une armoire me convenant est à 670 euros ( il y a 30 % de réduction ), et j’explique mon problème. Le vendeur est prêt à faire la livraison et le montage gratuitement. Je téléphone donc à la CEGED qui à son tour contacte ESCOTA. Elle ne peut pas dépasser 500 euros et me propose de me trouver un menuisier ( tous sont occupés ). J’accepte, et j’attends car je passe un mois en clinique. Mais cette semaine je reçois une lettre recommandée m’indemnisant de 500 euros, point final. A prendre ou à laisser, en cinq exemplaires à signer.
 
Je dois faire remarquer que cela fait 8 mois que mes vêtements et ma lingerie sont dans des valises et des cartons. En ce qui concerne le store, j’ai attendu 3 mois pour une réparation qui a duré 10 minutes. J’ai posé la question à l’ouvrier au sujet du bruit dans ma chambre. Il n’a pas eu l’air surpris et m’a promis d’en parler à BAGET. J’ai moi-même téléphoné à Monsieur GUYON pour lui faire part des constatations de ce professionnel qui pensait que le bruit provenait des fissures autour de la fenêtre. Silence total à ce sujet.
Que pensez-vous de la situation et que comptez-vous faire afin de remédier à cette comédie ubuesque ? Dois-je accepter « cette aumône » vu la qualité de ce mobilier – je n’avais aucune idée des prix lors de cette proposition mais Monsieur BAGET – chef d’entreprise – avait l’air sûr de lui ( Messieurs GUYON et INNOCENTI ne disant mot ). Dois-je me fournir chez Emmaüs ou autre solderie pour vivre décemment dans ma chambre ( avec des meubles dépareillés ? ).
 
En vous remerciant par avance de votre réponse, que j’espère rapide car je n’en peux plus chaque soir d’entrer dans un « capharnaüm », je vous prie de recevoir Monsieur LAROCHE, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
 
 
Copie à Monsieur PILARD pour COPROLOC et pontcarral.com 

*

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 17:57

à

 

 

 

Monsieur MAITRE

 

Syndic de copropriété

SYCOLOGE

  

Le RENOIR

52, boulevard Cuneo

83000 TOULON

 
Toulon, le 10 août 2006
  
Monsieur,
  
Certains de nos adhérents nous ont informés de problèmes concernant les poses des fenêtres du bâtiment A. En effet, certains de ces travaux sont faits en dépit du bon sens.
Vous trouverez ci dessous, les extraits surlignés du procès-verbal de l’Assemblée générale du 25 juin 2005, ainsi que nos commentaires et questions que nous nous posons :
  
 
D)           vote concernant le principe et la nature des travaux de menuiserie (art.24) :
 
Le syndic informe l’assemblée générale des travaux envisagées par Escota et des menuiseries qui seront utilisées, à savoir :
 
►Remplacement des menuiseries bois par des chassis PVC blanc de rénovation équipées de vitrages acoustiques plus performants.
 
 
*Faux. Certains châssis ont été posés sur des menuiseries pourries, et certains propriétaires avaient changé leurs fenêtres au mois de décembre. Celles-ci étaient non seulement à double vitrage et remplissaient pleinement leur office, mais cela n’a pas empêché les ouvriers de les enlever manu-militari, afin de poser les nouvelles… qui maintenant font passer le bruit de l’autoroute.
 
 
 
►Fenêtre séjour : remplacement à l’identique
-Volets roulants à projection (nouveau)
-Allèges basses :mise en place de vitrage 8mm
 
 
* Les finitions des fenêtres sont mal faites.
-
* Les manivelles ne tiennent pas ; elles se décrochent. Certaines sont installées au milieu, entre deux fenêtres, au lieu d’être installées côté mur. D’après certains ouvriers, c’est un problème de fournisseur ; ce qui paraît logique. Dans ce cas, vous aurez l’obligeance de prendre contact avec celui-ci, afin de palier à cet inconvénient qui ne permet pas d’ouvrir les fenêtres normalement.
-
* Les aérations en haut des fenêtres ne tiennent pas.
-
* Certaines aérations cuisines ne remplissent pas leur fonction.
-
* Les allèges basses n’ont pas été installées au tout début. Les niches étaient occultées d’office. Il y a presque un mois, Monsieur BAGET m’a assuré que dorénavant, et cela depuis un mois, le choix était donné à tous les habitants que les niches pouvaient ou non – et cela pour moitié – être vitrées où non. Faux. Cela n’a pas été demandé à certaines personnes.
-
* Les volets de certaines chambres ne tiennent pas, ou se bloquent, malgré une utilisation normale.
 

 

 
Changement à l’identique pour les seuls appartements ayant une loggia ouverte

►Porte fenêtre séjour sur loggia
►Porte fenêtre chambre 2 sur loggia                                                    
►Porte fenêtre chambre commandée sur loggia
 
  
Pour les seules loggias déjà fermées .

►Loggia
-Fenêtres 4 vantaux sur loggia
-Volets roulants à projection
-Allèges basses :mise en place vitrage 8mm                                          
 

 

NOUVEAU
►Chambre
-Porte fenêtre 2 vantaux pignons Est et Ouest                                       
-Volets roulants monobloc
 
 
NOUVEAU
  

►Chambre
-Fenêtre à 4 vantaux
-Volets roulants monobloc
 
 
 
Les copropriétaires du bâtiment A prennent acte de ces données techniques
et les acceptent.
 
Ci-joint annexe 5 : bordereau de prix
 
Mise au voix, cette résolution est adoptée à la majorité des Copropriétaires présents et représentés.
 
 
 
 
 
 
E)            vote concernant l’autorisation a donner au syndic pour être maitre d’ouvrage delegue en vue d’organiser les travaux (art.25) :
 
Les copropriétaires examinent le projet de résolution initial énoncé dans les termes suivants :
 
L’assemblée générale autorise le syndic d’être le maître d’ouvrage délégué en vue d’organiser les dits travaux.
 
Mise au voix, cette résolution est adoptée à la majorité des Copropriétaires présents et représentés.
 
 
* Il y a 13 étages et les équipes ont commencé au dernier. Le centre cultuel et culturel situé au troisième étage étant déjà terminé avant que les équipes n’arrivent au huitième, et cet appartement ayant bénéficié de fenêtres oscillo-battantes ( vous m’avez annoncé qu’il s’agissait d’une demande spécifique ), vous voudrez bien prendre en compte cette lettre comme une demande spécifique, afin que les habitants concernés par celle-ci profitent des mêmes équipements pour leur bien-être et leur sécurité… et pour éviter « les mauvaises langues » qui pourraient penser que ce soit un retour aux passe-droits et aux copinages !
 
 
 
I)              decision a prendre concernant le choix de la societe acouplus pour la maitrise d’œuvre des travaux (art.25) :
 
Les copropriétaires examinent le projet de résolution initial énoncé dans les termes suivants :
 
L’assemblée générale de mandater la société Acouplus aux fins de réaliser la maîtrise d’œuvre des travaux d’isolation acoustique des façades exposées aux bruits de l’autoroute pour le bâtiment A.
 
Mise au voix, cette résolution est adoptée à la majorité des Copropriétaires présents et représentés.
 
 
* Il est vrai que tous les appartements ne présentent pas les mêmes défauts. Certains sont même apparemment bien réalisés. Alors pourquoi tant de différences entre certains appartements ? Certaines équipes ne travaillent apparemment pas de la même façon.
 
Par ailleurs, d’après le compte-rendu de la réunion du 16 septembre 2005, qui avait pour objet la présentation de la convention ESCOTA / SYCOLOGE, l’article VI indique un montant des travaux de l’ordre de 2 000 000 € H.T.
Je ne sais pas si certains essayent de faire des économies, mais le fait, comme le disent certaines personnes, que « les ouvriers travaillent si vite qu’on pourrait les croire payés à la tâche », ne vont pas arranger les choses pour les entreprises concernées, en regard de ce même article VI qui précise notamment que : « si l’isolement acoustique requis n’est pas atteint, des travaux complémentaires doivent être entrepris au frais de l’entreprise comme indiqué dans le cahier des charges annexé à la commande. »
 
Outre ce dernier point, qui est d’ordre matériel, ces problèmes rencontrés affectent aussi la quiétude et le bien-être de tous les habitants concernés.
  
C’est pourquoi, par la présente, nous demandons à ce que les vitrages qui seront mis en place à partir de ce jour, soient exactement conformes à ce qui avait été prévu initialement, à savoir entre autres :
 
* Pour toutes les allèges basses : mise en place de vitrage 8mm.
* Installation des manivelles de chaque côté, le long du mur.
* La mise en place de fenêtres oscillo-battantes dans toutes les pièces, afin d’assurer la sécurité des habitants.
 
 
Pour ce qui est des droits de ceux-ci qui n’ont pas été pris en compte, il faudra voir en réunion ce que vous pourrez faire afin de les dédommager par la suite : réaménagement, etc…
 
Vous trouverez le tableau complet de ces deux listes ci-joint, avec les signatures des personnes requérantes. Il est évident que cette liste est loin d’être exhaustive des habitants de Pontcarral, car elle ne concerne que les membres de notre association qui nous en ont fait la demande à ce jour. Ce qui nous évitera de faire des tracts pour alarmer des personnes qui ne se sentent pas concernées.
 
Etant donné que suite à la réunion du vendredi 21 juillet à laquelle je vous avais exposé la plupart de ces problèmes ainsi qu’aux divers représentants des entreprises présents participant à ce projet, et que vous m’ayez annoncé que vous ne répondrez pas à ce courrier, et par expérience n’ayant que peu de confiance en vos services, nous adressons copie de ce courrier aux diverses entreprises concernées dont vous trouverez la liste ci-jointe, ainsi que les noms, numéros d’appartements, et signatures des personnes concernées.
 
 
Gilles PILARD
 
 
Courriers envoyés à :
 
BILLON - BOUVET - BONNAMOUR  S.A.
SYCOLOGE
ESCOTA ( Monsieur INNOCENTI )
ACOUPLUS
BAGET ALU-METAL
SEGED 
 
COPROLOC
Association des copropriétaires et locataires de Pontcarral
Résidence Pontcarral bât. 1 N 7 rue Dejussieu 83200 Toulon
-
*       *       *
Après avoir essayé sans succès de joindre Monsieur Philippe LAROCHE de la société ESCOTA, en début janvier 2007, - celui-ci ne daignant pas répondre à nos demandes - nous n’avons à ce jour aucune nouvelle …
*       *       *

 

Partager cet article

Repost0