Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

 
*
Fichier hébergé par Archive-Host.com
*
 
Pour tous renseignements,
menaces, insultes,
soutiens ou autres :
*
*
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 00:12

*     *     *     *     *     *     *
à Monsieur ( ……. )
  
Président du Conseil Syndical
de la résidence Pontcarral
Bât. D rue Dejussieu
83200   TOULON
 
le mercredi 24 octobre 2001
 
Monsieur,
 
Ouvrant à nouveau le parapluie dont vous passez le temps à vous couvrir, Monsieur ( ……. ), parapluie qui grandi tellement qu’il en devient parasol, vous m’avez demandé une énième lettre concernant une nouvelle fois les derniers rebondissements relatifs aux relations problématiques que j’ai avec Mr. ( ……. ), membre du conseil syndical. Voici cette lettre, que j’espère dernière, si toutefois celle-ci était nécessaire ce dont je doute.
 
Il y a quelques mois nous avons fait une réunion du conseil syndical concernant les problèmes dont notamment la famille de Mr. ( ……. ) était principalement responsable. Lors de cette réunion, le conseil syndical n’ayant pas voulu suivre ma demande de renvoi de celui-ci, il avait été décidé toutefois que si ces nuisances continuaient, il serait procédé à ce renvoi séance tenante par lettre recommandée.
Les dites nuisances ayant continué ( et encore je n’ai pu faire constater comment cette famille se conduit comme des porcs, notamment le jour où un de ces fils à vomi au bord du palier ), j’ai quand même pu vous faire remarquer personnellement, Monsieur le Président, le minimum, notamment que les tapis et vêtements étaient toujours aux fenêtres. Pour ce qui est des travaux, j’ai pu faire constater à d’autres personnes que le problème n’était toujours pas réglé et que messieurs ( ……. ) et ( ……. ) s’en foutaient royalement. C’est pourquoi je ne peux ni ne veux passer mon temps à courir après les gens, ni les ennuyer à leur demander des attestations qui sont prises trop à la légère.
 
Cela fait des mois que cette situation perdure, et étant fatigué d’avoir eu raison une fois de plus trop tôt, je vous demande une dernière fois d’y mettre un terme, comme vous auriez du le faire comme prévu, dès que les problèmes ont repris et que vous en avez eu connaissance il y a de cela quelques semaines sans que je n’aie besoin de faire cette lettre.
Comme le disait un humoriste : je n’ai qu’une parole… pour pouvoir la donner, il faut bien que je la reprenne parfois. Vous m’avez dit quand je vous ai fait constater ces nuisances et après avoir insisté, que vous n’aviez qu’une parole. Vous pouvez la garder pour quelqu’un d’autre, car à ce jour la lettre concernant le renvoi de Mr. ( ……. ) du conseil syndical n’est pas partie comme prévu.
Je vous demande simplement de prendre vos responsabilités une bonne fois pour toutes, et d’entériner une décision du conseil syndical prise il y a de cela quelques mois.
 
En vous remerciant de votre attention, mais pas du temps perdu pour en arriver là…
 
*     *     *     *     *     *     * 
 
aux Membres du conseil syndical
de la résidence Pontcarral
 
Objet : réunion du lundi 31 mars 2003
 
Toulon, le 30 mars 2003
 
Messieurs,
 
Non seulement nous n’avons été prévenus de la dernière réunion du conseil syndical ( celle du 19 mars 2003 ) que le jour même, mais la réunion prévue pour le lundi 07 avril à été avancée le 31 mars ( courrier envoyé 5 jours avant ) car monsieur ( ……. ) ne pouvait y assister. Je rappelle que monsieur ( ……. )  ne pouvant apparemment jamais assister aux réunions du conseil syndical, a un représentant. Si celui-ci prend des décisions ou de simples rendez-vous à la légère, c’est son problème. Il serait temps que monsieur ( ……. ), président du conseil syndical prenne ses responsabilités et remette un peu d’ordre dans le déroulement, le suivi et les décisions prises par les membres du conseil.
 
Pour l’instant, considérant qu’il n’y a plus de règles qui s’appliquent au conseil syndical, celles-ci étant bafouées, et ayant déjà prévenu que je serais absent cette semaine, je demande à monsieur ( ……. )  de me remplacer à cette réunion.
 
Par ailleurs, ne pas prévenir en temps la quinzaine de représentants du conseil syndical et ne pas respecter leurs décisions, revient à ce que deux ou trois personnes dirigent ce conseil, ce qui n’est pas une situation normale.
 
* Copie aux représentants du conseil syndical
 

*     *     *     *     *     *     *

Monsieur MAÎTRE
 
agence SYCOLOGE
e
Toulon, le 19 janvier 2004
  
Monsieur,
  
Je reviens une fois de plus – cette fois ci par écrit – sur certains points ( points dont la liste n’est hélas pas exhaustive ) afin d’attirer votre attention sur la situation à Pontcarral qui est de plus en plus catastrophique :
 
* Encombrement des couloirs, coursives et escaliers par des poubelles, matériel et objets divers, scooters.
* Encombrement des couloirs, coursives et escaliers par des enfants dont les parents prennent les parties communes pour une annexe de leur appartement.
* Bruits de travaux exécutés le week-end.
* Dégradation des murs par des tags.
* Parties communes souillées d’urine et d’excréments de chiens.
* Projections de poubelles et détritus par les étages ( notamment un poste de télévision blessant il y a quelques temps une personne ) .
* Lâcheté, et incompétence des forces de police amenant de par leur incapacité au fait que Pontcarral est devenue une zone de non droit.
* Plaintes déposées contre X par des responsables de la copropriété connaissant les personnes fautives.
* Avertisseurs de voitures pour faire descendre des personnes attendues en bas, ou pour faire retirer des voitures mal garées au vu et au su de tout le monde, donc du garde dont les points précédents démontrent l’ incapacité.
* Non suivi des décisions du conseil syndical ( cellules d’éclairages non installées depuis 2 ans – balisage petit parking non réalisé – travaux de fermeture du local jeunes non effectués, etc… ).
* Mainmise de Sycologe sur le conseil syndical.
 
Sans parler des fausses promesses, mensonges et démission de la part des institutions notamment Préfecture, AEPJJ, Mairie, Sycologe, qui se renvoient la balle depuis des mois. Cette situation d’irresponsabilité à déjà mené à la suppression des emplois jeunes prévus.
En effet, l’AEPJJ, la mairie, et le syndic Sycologe, est le nouveau triangle des Bermudes Toulonnais où se noient et disparaissent les bonnes volontés citoyennes dans l’indifférence générale. Les élections vont bientôt arriver et les politiques ressortent leur brosse à reluire et caressent les électeurs dans le sens du poil. Les élections passées, ceux-ci sont laissés pour compte et les promesses sont renvoyées aux calendes grecques.
Par ailleurs, la « résidence » Pontcarral fait partie de la prévision du contrat de ville depuis 4 ans, qui est actuellement devenu lieu de vie. Non seulement nous ne voyons rien venir, mais on entend déjà parler d’une extension de ce contrat de ville fantôme aux quartiers environnants : promesses de politicards.
En attendant, où stagne l’argent prévu du contrat de ville ? Qui profite de cet argent ou des intérêts de celui-ci ?
Les politiques oublient souvent que les subventions ne sont pas un cadeau fait aux associations, mais sont une redistribution des impôts qui permet aux pouvoirs publics de faire des économies en se libérant de la charge de travail sur les millions de bénévoles des associations qui contribuent à ce que le pays ne verse pas dans la pagaille.
 
Pour résumer la situation, les règles élémentaires de savoir vivre en communauté sont bafouées chaque jour de plus en plus allègrement par des individus n’ayant rien à foutre de l’incurie de votre gestion qui mène la résidence Pontcarral au chaos. Je viens donc par la présente en tant que propriétaire, vous mettre en demeure de faire votre travail en redressant la situation à Pontcarral, sinon je ne répondrai en rien sur le devenir de cette « résidence » qui ne l’est que de nom.
En vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie d’agréer Monsieur, l’expression de mes sentiments désolés.
  
Copies : Préfecture, Prévention Judiciaire de la Jeunesse, Mairie de Toulon, Var Matin, copropriétaires, locataires, etc…
( à reproduire et à répandre )
 

 *     *     *     *     *     *     *

à Monsieur MAÎTRE
 
agence SYCOLOGE
 
  
Toulon, le 11 mai 2005
  
 
Monsieur,
 
Etant fatigué de votre incompétence concernant la gestion de la copropriété Pontcarral, je vous préviens par la présente de mon intention de ne plus payer les charges de copropriété et ce, au moins jusqu’à la prochaine assemblée générale. Une somme sera néanmoins versée sur un compte à part afin de pallier au retard le jour venu, si vous désirez me traîner devant un tribunal. Tribunal auquel je demanderai que, pour ce qui est des charges en cours que je dois à ce jour, et au regard des divers manquements à votre charge, je les garde en tant que dommages et intérêts. Vous aurez bien l’amabilité de porter ma décision à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale. Je vous rappelle par ailleurs, que les convocations pour la dite assemblée générale devront être envoyées au moins un mois avant celle-ci et que nous n'avons à ce jour rien reçu.
 
En vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie d’agréer Monsieur, l’expression de mes sentiments dégoûtés.
  
  

  *     *     *     *     *     *     *

 à Monsieur ( ....... )
Président du conseil syndical
de la résidence Pontcarral
 
Objet : demande du cahier de P.V. du conseil syndical
 
Toulon, le 26 mai 2005
 
Monsieur le Président,
 
En tant que propriétaire, j’aurais désiré prendre connaissance du cahier de présence du conseil syndical, contenant les listes des membres présents aux réunions, ainsi que les procès-verbaux des délibérations du conseil, aux réunions de ces dernières années. Pourriez-vous me prêter ce registre, ou me dire où je pourrais en prendre connaissance ?
 
En attendant une réponse favorable de votre part, recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
 

  *     *     *     *     *     *     *

  
 
Article du journal
 
Voix de PONTCARRAL
Mars 2002
 
 
  
Police à PONTCARRAL
 
Ecœurement, dégoût, colère… ce sont les mots qui viennent spontanément envers ce qui à été qualifié par certains de coup de force policier, et que l’on pourrait aussi qualifier de coup de farce, si ce n’était si grave, en cette fin d’après-midi de vacances scolaires.
 
    En effet, le jeudi 07 février, étaient rassemblés sur le terrain de jeux de la résidence Pontcarral, plus d’une centaine de jeunes pour un tournoi de football organisé par Monsieur Ali CHAAOUANE, médiateur AEPJJ, et l’association Pontcarral Avenir. Quelques élus et représentants de la Mairie et du Conseil Général présents sur le terrain, qui nous ont fait le plaisir d’assister à cette manifestation, ont pu constater que ce tournoi fut marqué par une très bonne ambiance, faite de camaraderie, d’amitié, et de respect des règles sportives.
Plus encore, d’autres équipes venues d’ailleurs, notamment de Mon Paradis, de Guynemer et de La Marquisanne, participaient elles aussi au rassemblement, dont la bonne tenue a fait l’unanimité parmi les personnes présentes.
 
Las ! En fin d’après-midi, en plein milieu du dernier match de la finale, il y eu un mouvement de désarroi et d’étonnement parmi le public présent. En effet, une vingtaine de policiers et gendarmes investirent la résidence pour procéder à un contrôle. Si personnellement je les ai vus cinq fois dans la résidence en quatre ans, c’est le bout du monde… et évidemment quand personne n’en a besoin, car la plupart du temps quand il y a des problèmes, ils n’osent pas venir et l’on est obligé de régler certains différents entre habitants. Il en est de même dans les autres quartiers comme il y a de cela quelque temps, une pharmacie qui s’est faite braquer par un homme armé d’un cutter; et les policiers dont le bureau est situé à cinq mètres de la dite pharmacie, ont mis… 10 minutes à intervenir ! C’est honteux de voir autant de lâcheté dans des situations dites à risque, et autant de tartuferie quand il s’agit d’emmerder des jeunes qui avaient fait la preuve de ce que peut apporter de positif le sentiment de faire quelque chose de bien dans une cité ou un grand ensemble.
 

    *     *     *     *     *     *     *

 *     *     *     *     *     *     *

 

  *     *     *     *     *     *     *

 
 
 
 
 

  *     *     *     *     *     *     *

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires