Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

 
*
Fichier hébergé par Archive-Host.com
*
 
Pour tous renseignements,
menaces, insultes,
soutiens ou autres :
*
*
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 22:55
 
Ma soirée à l’Assemblée Générale :
 
18 h 00. Arrivée des participants. Contrôle des convocations.
 
19 h 11. Ca y est ça commence.
Choix du syndic. Apparemment, les jeux sont faits. Exit le cabinet Merle, exit le cabinet Grech Immobilier proposé par la Mairie ( apparemment le Conseil syndical et celle-ci ne s’étaient pas concertés le jour de l’Aïd, au centre cultuel qui servit à cette occasion de coin V.I.P.), nous voici avec un cabinet encore inconnu deux mois avant sur la place publique, le cabinet BS Immobilier. En effet, le responsable de ce cabinet n’a ouvert qu’en août 2007. Il a du pot, le mec : à deux mois près, il n’aurait pas eu son deuxième contrat. Ben oui, il ne détient pour l’instant qu’un seul contrat. C’est bien de donner sa chance à un jeune qui débute. Bon, le problème, c’est que celui-ci aurait déclaré que s’il arrivait à sauver Pontcarral ce serait bon pour lui ( tu m’étonnes ) sinon, il plongerait. Ouppps ! Merci ! c’est rassurant pour nous. Propos confirmés par monsieur BOUSSOUF : «  s’il glisse, on glisse ensemble. On lui tient la main ».*
ARRRGH !!! Lâchez-moi la grappe oui !
 
S’ensuit quelques autres décisions du même genre et le départ de certaines personnes résignées.
Et quand je pose la question de savoir ce qui a été fait par le Conseil Syndical depuis un an et demi, comme nous autres avions présenté notre travail lors de la fin de notre mandat, on s’entend répondre : « Si les gens veulent savoir ce que l’on a fait, ils n’ont qu’à venir nous voir ».
Bref, circulez y’a rien à voir !
Bon, c’est vrai aussi qu’il n’avaient vraisemblablement rien à dire.
 
On en vient au vote des membres du Conseil Syndical : un grand moment qui restera dans les annales de la copropriété.
( Personnellement, je m’abstiens dans presque tous les cas. Je me suis rendu compte que voter contre, c’est donner une sorte de valeur à certaines personnes qui n’en n’ont aucune.
Oui, j’ai le mépris facile… surtout quand je suis confronté à la médiocrité )
.
 
Bref, il fallait 8 candidats pour le bâtiment A ; il s’en présente environ 11 à 13.
Passage au vote. 8 élus avec 2 abstentions.
Dans les quelques restants, monsieur BOUSSOUF avec … 3 abstentions, n’est pas élu. Malaise.
Une voix s’élève ( devinez laquelle ! ) : « Il faut refaire le vote ! ».
Quoi ? Qu’entends-je ? Qu’ouis-je ? Pardon ?
Re malaise. Brouhaha. Je me lève : « On ne peut pas revoter. Ce n’est pas démocratique ! ».
Oui, je sais. Ceux qui me connaissent s’étonneront de me voir venir au secours de la démo-crassie. Mais bon, quand on veut jouer le jeu de la « démocratie », il ne faut pas venir se plaindre quand celle-ci ne tourne pas en votre faveur.

Alors pour contourner celle-ci, on a recours à l’intimidation. Pardon. Dans la bouche de certains, cela s’appelle de la dissuasion. Alors, on demande à ceux qui se sont présentés, s’ils maintiennent leur candidature. Noms après noms, ceux-ci la maintiennent ( vraisemblablement ils n’avaient rien compris à ce qui se passait ). On arrive presque à 8. Certains se tortillent sur leurs chaises. On dirait SARKOZY aux guignols de l’info le soir de l’élection présidentielle.

Encore un nom : Monsieur ( là, je ne mets pas son nom : je ne tire pas sur l’ambulance ) maintient-il sa candidature ? Réponse de la personne qui le représente « Oui ». Murmures : « Non ... non … non ! » La question est posée une deuxième fois. Même réponse « Oui ». Là, il y a problème : ils ont compris ; c’est la débâcle ! Alors ce n’est plus des murmures, ce sont des « Non … non … » catégoriques et sonres. Panique de l’intéressé. On lui repose le question une troisième fois. Réponse … « Non ». Ouf ! Enfin.
La « démocratie-directe-totalitaire-et-populaire » est sauve … on se serait cru dans « Tintin au pays des soviets ».
 
Bâtiment B : il fallait 5 membres.
Une des seules personnes compétentes, qui a déjà fait ses preuves et qui aurait la capacité plus que tout autre dans l’assemblée à être membre du Conseil Syndical, se présente. Son nom à peine prononcé, une forêt de bras se lève contre.
Pensez, c’était une femme ! Vous vous rendez compte ? Quelle horreur !
Une femme ; et en plus … qui pense. Intolérable pour certains.
 
Bâtiment C : il fallait 2 membres.
Il y a 3 candidats : donc désistement de l’une d’elles.
S'agirait quand même pas de recommencer le carnaval du vote du bâtiment A.
 
Certains reviennent de loin et respirent. Personnellement, je rigole. D’autres sont écœurés de ce genre de pratiques. Ils ne les connaissent pas comme moi, et ils commencent à voir leur vrai visage. Bienvenue au club !
Fin des « élections ». Allez, maintenant, ils sont « entre-eux ».
 
21 h 10. N’ayant plus rien à faire ici, car ne voulant pas cautionner une telle mascarade, je sors avec quelques autres.
 
C’était un soir d’octobre ; la nuit était tombée. Le début de la fin pour Pontcarral ?
 

* Ayant rencontré le syndic en question depuis, celui-ci m’a parut honnête, impartial et volontaire.
Et si comme je le pense, celui-ci a vraiment la détermination de bouger pour sauver la résidence Pontcarral, nul doute qu’il trouvera auprès de certains copropriétaires le soutien dont il pourrait avoir besoin, afin de compenser l’incompétence de certains membres du Conseil Syndical, incompétence qui n’est plus à démontrer.
Aussi, certains ont le désir de lui tendre la main, non pas pour le pousser ni pour plonger avec, mais pour oeuvrer afin de faire revivre une copropriété au bord du gouffre
.

.

.
Pour vous détendre, voici en images le résumé de quelques moments forts de la soirée :
.
iznogoud-01.jpg

 

iznogoud-02.jpg

 

iznogoud-03.jpg

 

iznogoud-04.jpg

 

Moutons-colori--s.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires