Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

 
*
Fichier hébergé par Archive-Host.com
*
 
Pour tous renseignements,
menaces, insultes,
soutiens ou autres :
*
*
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 11:41
Il y a quelques temps, le conseil syndical donnait - provisoirement - l’autorisation aux responsables du centre cultuel, de pouvoir fermer le terrain attenant au centre, le temps du ramadan. Pas de problème. Hors, ceux qui ne les connaissent pas, ont été étonnés que le terrain reste fermé après la fin du ramadan. Ben oui les gars, vous leur donnez un doigt et ils vous bouffent le bras les bougres.

 

Et le dernier conseil syndical, même expurgé de deux vieux francaouis tombés en dhimmitude, n’a pas l’air d’avoir prise sur cette engeance. Malgré les lettres adressées à la mairie, propriétaire du centre « cultuel et culturel », les responsables de celui-ci n’ont pas l’air de vouloir remettre l’accès aux véhicules. Et alors bon sang; mais que comptent-ils faire de ce bout de terrain ? Un terrain pour jouer aux boules ? Un lieu de lapidation ?

 

 

 

Il est vrai que cette dernière solution est légèrement excessive, mais dans les têtes malades de certains, nous n'en sommes pas loin. Suivant l'expression qui dit qu'il "vaut mieux avoir un petit chez soi qu'un grand chez les autres", certains "djihadistes en herbe" (1) de Pontcarral rêvent de faire de la résidence un petit califat, grâce à l’inertie de la mairie de Toulon. Barbes longues ( non pas tous ) et idées courtes, ils ne sont que quelques-uns dans la résidence. Pas nombreux mais bien assez pour faire chier le monde, tels sont les islamistes de Pontcarral.

Comme dans le film Timbuktu,* peut-être pensent-ils imposer leur charia ? Et quoi aussi ! ?

* « Au Mali, des islamistes envahissent la ville de Tombouctou et y imposent la charia. Ils bannissent la musique, le football, les cigarettes, procèdent à des mariages forcés, persécutent les femmes et improvisent des tribunaux qui rendent des sentences injustes et absurdes. Malgré la férocité de leur répression, la population résiste avec courage, souvent au nom d'une autre conception de l'islam. »

J’en connais beaucoup qui feraient la gueule.

« Pour le journal "Le Monde", l'intelligence du film est de ne pas diaboliser les bourreaux, mais de les remettre à leur place d'hommes, «grotesques, sinistres et hypocrites» »

 

 

 

C’est vrai qu’en attendant ils avancent sournoisement. Remarquez, pourquoi n’en profiteraient-ils pas ? Car la mairie s’en fout maintenant. Le centre cultuel à été à l’époque donné par la mairie afin d’avoir une paix sociale et des promesses de votes. Ce qui a été fait. Maintenant vu le faible nombre de voix récoltées, la mairie n’en a plus rien à faire de Pontcarral. Non seulement ils ont fermé le local destiné à la population, notamment aux jeunes, mais tout l’argent du contrat de ville qui devait depuis des années aller officiellement à la résidence, à été détourné pour les autres cités; comme par exemple La Beaucaire … et peut-être dans la poche de quelques-uns; mais là, personne ne veut creuser pour savoir qui en sont les bénéficiaires.

 

 

Bref, à Pontcarral, on se croirait parfois – toutes proportions gardées hein, quand même – en Palestine occupée. Sauf que dans ce cas, c’est l’islamiste Pontcarralien qui est dans le rôle du colon juif des territoires occupés qui grignote petit à petit des morceaux de terrain, jour après jour. Ces jours-ci, hop, un bout de terrain.

Dire qu’il y en a qui s’inquiétaient lors du récent tournage de la série TV qui a eu lieu à Poncarral, de savoir si cela n’allait pas donner une mauvaise image de la résidence. On rêve là !

Comme il est loin le temps où la résidence avait un semblant d’accalmie.

C’était dans les années 90/2000; à l’époque, il régnait à Pontcarral une ambiance plus sereine, ou tout le monde, juifs, chrétiens et musulmans pouvaient cohabiter en harmonie. Sans faire de prosélytisme pour quelque religion que ce soit, je ne fais d’ailleurs pas « partie du livre », je regrette cette période ou la mesquinerie n’avait pas de prise sur les mentalités comme aujourd’hui, et où les religieux s’occupaient de religion et des autres, et ne s’occupaient pas de politique.

Certains qui ont connu sœur Louisette ont oublié le respect et la bienveillance qui était de mise à l'époque à Pontcarral. Les imams d'alors étaient plus respectueux et l'on pouvait parler d'Islam sans tomber dans l'islamisme.

 

Je rappellerai seulement aux anciens un extrait d’article du journal La Croix ( non, pas la mienne; la mienne est celtique ) du 07/12/2005 :

 

« La Semaine de rencontres islamo-chrétiennes s'est déroulée du 19 au 27 novembre dans une quarantaine de villes, en France et en Europe

Louisette, salésienne de Don Bosco, habitait depuis vingt ans la cité Pontcarral, à Toulon (Var). Elle était très engagée dans l'association de quartier de l'Escaillon. Des heures à partager les joies, à réparer les injustices et à apaiser les détresses. Le mardi 22 novembre, 12 jeunes musulmans ont porté son cercueil jusqu'à l'église Sainte-Roseline. «Tu as fait de nous des hommes, des croyants», témoignait l'un d'entre eux au cours de la célébration. L'événement de la mort de Sœur Louisette a marqué la Semaine de rencontres islamo-chrétiennes organisée pour la première fois à Toulon. »

 Mais ça, c’était avant …

 

Les musulmans de Pontcarral n'ont vraiment pas de chance de n’avoir pour imams ces dernières années, que des islamistes intégristes.

Bref, c’est comme l’on disait de certains curés, ils prêchent le « faites ce que je dits, ne faites pas ce que je fais »; à l’instar d’un ancien imam que j’ai vu à l’œuvre il y a quelques années – à l’époque dans son rôle de jardinier – ;-), assez haineux au point de nous avoir menacés de mort, ma femme et moi. Ah, quelle belle religion d’amour et de paix professent-ils.

Ils ont réussi à confisquer l’islam pour LEURS intérêts.

 

Depuis une vingtaine d’années, nous avons vu dans l’actualité les méfaits de cette engeance, et les résultats néfastes de cette idéologie totalitaire sur toutes sortes de populations, à commencer par les musulmans eux-mêmes qui en sont les premiers victimes.

 

 

Cette mentalité rétrograde qui à semé le bordel partout dans le monde ( Libye, Syrie, etc … ), a été soutenue par les gouvernements français, américains et autres qui s’en sont servis comme idiots utiles et s’en débarrassent ( ou pas ) par la suite. (2)

 Malgré tout, la résistance à l'arabisation ne fléchit pas, comme nous le montre encore à l’heure actuelle de nombreux peuples, notamment les berbères.

 

(1) Il est en effet plus facile de vouloir plastronner à Pontcarral qu'en Syrie. Surtout quand l'on voit que les apprentis djihadistes après avoir fait les beaux là-bas, reviennent la queue entre les jambes, se réfugier et se cacher sous les jupes de la république française, préférant le confort de la justice, les allocations familiales et le RSA que leur offrent ces vilains mécréants, au lieu du paradis promis dans l'au-delà.

 

(2) Sur son site "LA CAUSE DU PEUPLE", et sa page "Contribution à la lutte contre les deux Armes de Destruction Massive (ADM) de l'Impérialisme : l'islamisme et le sionisme", Hannibal Genséric nous en offre de bons aperçus ci-dessous : ( Extrait de "Arabisation du Maghreb : qu'en est-il au juste ?" )

"Mille ans après, de nouvelles invasions barbares submergent le Maghreb. Au prix de centaines de milliers de morts, l’Algérie a pu y résister. Dignes héritiers de ces hordes bédouines arabes, les islamistes mettent des pays maghrébins (Tunisie, Libye) en coupe réglée, aidés en cela par les esclavagistes arabes du Golfe, sous la protection de l’Axe du Mal Washington / Tel-Aviv. En Tunisie, les villes côtières, autrefois prospères, se clochardisent de plus en plus. Le touriste se fait rare. L'économie périclite. L’insécurité, le vol à la tire ou sous la menace d’armes blanches, les agressions de type maffieux y sont quotidiens, sous l’œil goguenard d'une police amorphe, voire complice. La saleté et les détritus de toute nature jonchent le sol. Les régions à l'origine de la pseudo révolution (en réalité, un coup d'état islamiste, ourdi avec la CIA) sont encore plus à l'abandon que sous le précédent régime. C’est sur cette accumulation de misère et d’immondices que l’islamisme prospère ; car être islamiste aujourd’hui, c’est avoir le statut de l’ hilalien* d’antan."  

Entre propagande et réalité

 

* Les Hilaliens étaient une confédération de tribus d'Arabie des régions de Hejaz et Najd ayant migré en Afrique du Nord entre la fin du Xe au XIIIe siècle.

 

( Ci-dessous extrait de "Génétiquement, les Maghrébins ne sont pas des Arabes" )

« Par ailleurs, le plus grand historien maghrébin, Ibn Khaldoun, l’a énoncé et démontré : les Maghrébins ne sont pas des Arabes, ce sont des Berbères « arabisés » (mousta’araboune مستعربون  ).

Historiquement et de tout temps, la culture arabe a toujours nettement distingué les Arabes (considérés comme la race supérieure, celle qui doit, de droit divin, détenir pouvoir et richesse) des non Arabes (les sujets de seconde zone, les peuples dominés). Ceux-ci sont appelés ‘Ajam, عجم , c’est-à-dire des non arabes, « des étrangers », comme l’étaient les « barbares » pour les Grecs ou les Romains. Les ‘Ajam regroupaient les Perses, les Roums (Byzantins), les Turcs, les Berbères etc. tous les peuples soumis par les armes, même s’ils se sont islamisés. Se déclarer musulman permettait alors d’échapper à l’impôt (assez lourd) que devait payer tout sujet non musulman. Cet impôt constituait alors le principal revenu relativement stable de l’empire arabe. Donc, même pour ceux qui ont opté pour la culture et la religion arabes, ils restent, aux yeux des Arabes de souche, des « non Arabes ». C’est toujours le cas aujourd’hui : les Arabes du Golfe considèrent toujours les Maghrébins avec une certaine condescendance, ils les traitent comme des «Arabes de seconde catégorie ». Comme, en plus, ce sont eux qui disposent aujourd’hui de la manne des pétrodollars, leur morgue et leur mépris pour les Maghrébins et pour les autres non-arabes sont sans limite. »

 

 Statue d'Ibn Khaldoun à Tunis

 

Allez, un peu d’humour

pour dérider ceux qui seront coincés

par la lecture de l’article :

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires